Communiqué N° 3 du 13 juin 2013

Communiqué  N° 3 du 13 juin 2013

Communiqué de presse n°3 – jeudi 13 juin 2013

11e édition des Voiles du Vieux-Port – 13-16 juin 2013

 

Affluence record aux Voiles du Vieux-Port !

 

Avec 43 bateaux présents en ce premier jour de compétition, la 11e édition des Voiles du Vieux-Port bat son record, et passe, pour la première fois, la barre des 40 bateaux ! “C’est une reconnaissance pour les Voiles du Vieux-Port, explique Frédéric Berthoz, son président. Habituellement, nous avons 35 bateaux. Le cadre fabuleux de la rade et du Vieux-Port et l’ambiance de notre manifestation donnent envie de venir au plus grand nombre.“ Une première manche a pu être lancé dans la pétole, où Jour de Fête a su se sortir rapidement de ce traquenard, pour trouver, derrière le Frioul, 15 à 18 nœuds d’un vent sud, avant que cela ne se termine comme ça avait commencé. Dans le calme plat…

Ma vie à bord d’Eilidh au cœur de la régate : « Première journée d’été à Marseille, première journée de régates des Voiles du Vieux-Port également ! Sous cette première chaleur estivale, j’embarque sur Eilidh, un yacht d’époque sorti d’un chantier écossais le 22 mai 1931 sur un plan de l’architecte Alfred Mylne. 17m95 de long, 31 tonnes, une grande voile de 120m², trois voiles d’avants et un spinnaker de 140m², il n’y a qu’un mot : impressionnant. L’équipage me prévient : “on a fait de bons résultats sur les dernières régates et notamment sur les Voiles de Saint-Tropez, alors on espère bien réitérer notre performance ici“ Je suis prévenu. On n’est pas là pour de la promenade !

Le départ est lancé ! Pétole… Du coup, Maxime le tacticien prend un peu de temps pour me raconter quelques épisodes exceptionnels de ce bateau devenu une ‘pièce de musée’. “Quand la guerre se déclenche en 1939, le propriétaire anglais est en train de naviguer en Norvège, de peur d’être bloqué par la guerre. Il décide de rentrer le plus rapidement possible en Angleterre et abandonne alors le bateau à un ami norvégien en lui demandant d’en prendre soin. A la fin de la guerre, le propriétaire anglais retourne en Norvège et le retrouve miraculeusement préservé. Il apprend qu’Eilidh n’a pas arrêté de naviguer, a été entretenu, et utilisé par des pilotes de l’aviation allemande comme bateau de loisir pour faire des croisières dans les fjords. Seul changement, les voiles étaient devenues noires pour être plus discret…“

Une fois l’axe du Frioul passé, le vent s’accélère et le bateau aussi. Il se met « à craquer ». Les sensations sont là, voyant mon inquiétude on me rassure : contrairement aux modernes, c’est toute la structure de la coque en bois qui ‘travaille’ quand le bateau accélère. Et puis cette vieille dame a quand même 82 ans… De retour en rade sud pour les derniers bords, le vent faiblit de nouveau. Alors on papote. Du moins, j’écoute : “la femme du 1er propriétaire avait demandé à son mari un espace sur le bateau pour pouvoir naviguer à l’abri et au chaud, il lui a donc installé une chaise spéciale appelé la ’lady chair’.“ J’ai été bluffé par l’élégance de ces bateaux et le fair-play des équipages. La voile classique est un sport de gentleman ! » (Emilie Llorens)

Coulé, touché : Eileen possède lui aussi un destin hors du commun. Basé à Ajaccio et construit en 1938, le 12m JI cher à Jean-Antoine Caron qui a été construit en Norvège pour une championne de patinage artisitique, devenue actrice par la suite, a subi les affres de la Seconde Guerre Mondiale. Réquisitionné par les Allemands, il a été coulé… Sa vie ne s’est heureusement pas arrêtée à ce triste épisode. Huit propriétaires se sont succédés. Le bateau a fait l’objet d’une importante restauration en 1997. Jean-Antoine Caron, le neuvième, a été touché par la grâce de cette Vieille Dame construite en bordé de teck de Burma sur couples de chêne. “Ce bateau qui a eu une vie tumultueuse est en pleine résurrection. Mon objectif est simple ! J’ai composé une équipe resserrée avec un skipper performant, un marin à l’année. Je veux arriver au top international avec ce bateau dans les cinq ans.

Non, mais à l’eau… A l’occasion de cette première journée de régate, Yves Laurent, le propriétaire de Nin, a pris un bon bain. “Je me suis embrouillé les pieds dans l’écoute de Grand Voile, racontait-il à quai, avant de passer par-dessus bord“. Pas de casse pour le bonhomme, juste un bon bain bien frais. Le Côte Aurique qui fêtes ses 100 ans, en 2013 a donc terminé sa journée avant tout le monde.

Le classement après la première journée (une régate) :

Classique Marconi 1 :

1/ Galvana (Pella Borja)

2/ Aigue Blu (Fabrice Garau)

3/ Windrush II (Jean Magnan)

Classique Marconi 2 :

1/ Maria Giovanna II (Jean-Pierre Sauvan)

2/ Noryema 4 (Patrick Vaseux)

3/ Palynodie II (Patrick Teissier)

Epoque Marconi 1 :

1/ Jour de Fête (Elise Garcin)

2/ Eilidh (Joël Laid)

3/ Eileen (Abdallah Elmssalhi)

Epoque Marconi 2 :

1/ Sonda (Pascal Borel)

2/ Lak (Roger Vanni)

3/ Isis (Hervé Goudard)

Epoque Aurique :

1/ Moonbeam III (Erwan Noblet)

2/ Moonbeam IV (Mikaël Creac’h)

3/ Nan of Fife (Philippe Menhinick)

SOT (jauge IRC) :

1/ Peau Brune (Charles Crouan)

2/ Rüm (Theodorus Danel)

3/ Paihere (Denis Villerme)

 

lesvoilesduvieuxport.comcontact presse Raphaël Mira – 06 16 26 01 78

 

Google+